Lundi 28 juillet 2014


Accueil du site > Actualités nationales > Première foire agricole internationale de Libreville : Pour une (...)

Première foire agricole internationale de Libreville : Pour une transformation de l’Agriculture gabonaise

La Première édition de la Foire agricole internationale de Libreville s’est ouverte le 21 octobre 2013 dans la capitale gabonaise par le Premier ministre, Chef du gouvernement, Raymond Ndong Sima en lieu et place du Président de la République Ali Bongo Ondimba, sur fond d’une recherche de solutions à la transformation de l’Agriculture nationale.

En dehors des deux pays invités officiellement dont le Maroc et le Rwanda, ces assises qui ont également vu la présence de plusieurs personnalités et responsables des Corps constitués parmi lesquels, le Président du Sénat, Mme Rose Francine Rogombé, les représentants de la Mairie de Libreville et de l’Assemblée Nationale ont été marquées par les interventions des différents orateurs qui ont tour à tour présenté la nouvelle donne de l’agriculture gabonaise.

Ainsi et en guise de bienvenue, le ministre gabonais en charge de l’Agriculture, M. Julien Nkoghé Békalé a salué et remercié le Président de la République qui a s’est fait hautement représenté par le Premier ministre, Chef du gouvernement, Raymond Ndong Sima.

Pour lui, la présence du premier des membres du gouvernement témoigne de la considération et de l’estime que les plus hautes autorités du pays attachent à l’agriculture, facteur potentiel de la relance et du développement de l’économie nationale. 

Il a par ailleurs déclaré que le déplacement du premier ministre à cette foire sonnait le tocsin et résonnait dans les cœurs de la communauté agricole comme un appel à la mobilisation générale autour et à côté du Président de la République. Un rassemblement qui pourra être un véritable départ susceptible de donner à l’agriculture, la place qui doit et sera désormais la sienne, dans la grande et légitime ambition que le Président Ali Bongo Ondimba a cousue, dessinée, impulsée et que le gouvernement devra mettre en œuvre pour faire du Gabon un pays industrialisé et une puissance économique dans la sous-région.

Evoquant la présence très remarquée de la partie Marocaine à cette première foire agricole internationale, Julien Nkoghé Békalé a laissé entendre qu’elle était l’occasion pour les deux parties de se partager les expériences, même si le Maroc se présente comme étant un modèle en la matière. Le ministre de l’Agriculture a aussi informé l’auditoire de ce que la présente cérémonie se tenait 4 ans et 5 jours, jour par jour avec la commémoration du 4ème anniversaire de l’accession à la magistrature suprême du Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba.

Aussi, a-t-il fait remarquer que le Gabon agricole pouvait se mettre en marche au nom du Président de la République. De même qu’il a affirmé que le Premier ministre, Chef du gouvernement ouvrait là, un vaste chantier, celui de la transformation de l’agriculture au Gabon, comme le dit si bien, le thème retenu à cet effet, à savoir : « Transformer le secteur agricole pour favoriser une croissance économique durable et inclusive ».

Prenant la parole au nom du président de la République et après avoir écouté les précédents intervenants dont S.E : Aziz Akhannouch, ministre Marocain en charge de l’Agriculture et de la Pêche maritime, Raymond Ndong Sima a déclaré que la question de la vie chère qui s’est imposée au Gabon était tributaire largement des coûts des denrées alimentaires et résultait en partie de l’extrême dépendance du Gabon aux importations, résultat de la faiblesse de la production agricole.

Il a fait remarquer le paradoxe qui prévaut entre le riche potentiel agricole national et le faible rendement de son agriculture. Raymond Ndong Sima a par ailleurs relevé que le Gabon importait pour près de 75% de ses produits alimentaires alors que l’agriculture gabonaise contribuait à la hauteur de 5% du produit intérieur brut, bien que le pays ait d’importants ressources en eau et terres cultivables.

Le premier ministre a également relevé que les présentes assises étaient l’occasion pour tous de ressortir les quatre défis suivants : Nourrir la population en qualité et en quantité ; accroitre la production agricole par l’augmentation des surfaces cultivées et de la productivité ; freiner l’exode rural, revitaliser les territoires ruraux et améliorer les revenus des populations rurales ; acquérir des parts de marché au niveau régional et international en nous positionnant comme un pays exportateur de produits agricoles. Il a aussi dit que ces défis étaient énoncés dans le Plan Stratégique Gabon Emergent.

S’agissant des prévisions, le Premier ministre a déclaré que l’agriculture de demain devra s’appuyer sur un certains nombre d’actions à l’instar des agropoles qui seront des zones de production intensive et de transformation de produits agricoles. De même que pour y parvenir, le gouvernement mettra en place des programmes de renforcement des capacités techniques des petits exploitants en vue d’en faire des véritables entrepreneurs agricoles. Il a dit pouvoir compter avec les partenaires et amis du Gabon dans cette quête du développement agricole du Gabon.

La tenue de cette première foire agricole internationale vient donc à point nommé par rapport aux objectifs du gouvernement de faire de cette activité, le moteur du développement. Les assises de la capitale gabonaise se déroulent durant 7 jours sur l’esplanade du jardin botanique.

Mardi 22 octobre 2013 , par Junior MBOULET

↑ Haut de page ↑
| accueil | | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0